Sign in / Join

Charles Baudelaire : ses poèmes les plus célèbres

Charles Baudelaire est l’une des figures emblématiques de la littérature française. Il a ébloui le 19e siècle avec des poèmes singuliers. Il a abordé différentes thématiques dans ses poèmes qui suscitent jusqu’aujourd’hui l’admiration des amoureux de la littérature. Voici ici, les poèmes les plus célèbres de Charles Baudelaire.

L’albatros

L’albatros est l’un des meilleurs poèmes de Charles Baudelaire qui a été ajouté à l’édition de 1861. Ce poème retrace l’histoire écrite en vers de 4 strophes d’un oiseau (albatros) retenu captif par les membres d’un équipage. Pour l’auteur, c’est un oiseau de mauvais augure qui incarne le poète maudit. Il pousse plus loin sa critique de la société en comparant les tortionnaires de l’oiseau aux bourgeois.

A lire également : Les 10 meilleurs exercices de gainage

Invitation au voyage

Le poète français rêve d’un endroit lointain où il pourrait vivre avec une douce femme qui déborde de sensualité. C’est donc pour cette raison qu’il invita dans L’invitation au voyage sa douce maîtresse qu’il considère comme sa version féminine, son alter ego. Il lui a alors demandé de l’accompagner en aventure. Il la décrit comme « son enfant, sa sœur ». Toutefois, l’endroit exotique dont il s’agit se trouve à l’intérieur du poète. Il s’agit en réalité d’un voyage singulier au cours duquel, il espère retrouver en lui, un endroit paradisiaque perdu.

L’homme et la mer

Dans sa quête de mieux cerner le genre humain, Charles Baudelaire a été à le comparer à un élément de la nature avec qui, il a des similitudes. C’est le cas du poème L’homme et la mer. Il y a employé des figures de styles comme la comparaison. Il voit en l’homme une créature d’une profondeur abyssale, exactement comme la mer. Il va plus loin en leur trouvant d’autres points communs comme l’amertume, la violence et une passion commune pour « le carnage et la mort ». Ainsi, pour lui, la mer est un « miroir » où l’homme peut « contempler son âme ».

A découvrir également : Découvrez la taille, l'âge et la biographie de la chanteuse Lyna Mahyem

Confession

Charles Baudelaire s’est confessé dans son poème Confession. C’est en se servant d’une ironie misogyne qu’il a affiché son désir de faire réinventer la romance. Le poème fait le récit d’une promenade nocturne idyllique au cœur de la capitale. Elle a eu lieu un soir de pleine lune en compagnie de la femme aimée. Au cours de ce moment intime, sa bien-aimée a accidentellement laissé s’échapper un pet. Ce pet est donc la « confession » d’un être tristement humain qu’est la femme. Baudelaire affirme sa volonté de blasphémer lorsqu’il emploie un mot qui a une dimension sacrée comme « confession ».

La musique

Tout homme possède un moyen de relaxation qui lui permet de se soulager. A cet effet, le poète voit en la musique le parfait exutoire. Il a été jusqu’à rendre hommage à cet art mélodieux qu’il apprécie au même titre que la peinture, un poème. Il trouve, dans La musique, le moyen d’esquiver le spleen et de faire un voyage intérieur.

Le chat

En se référant au chat dans son poème Le chat, Charles Baudelaire aborde deux principales thématiques. Il s’agit de l’attirance et de l’attraction En effet, il désigne par « le chat1 » une créature diabolique ainsi, qui incarne le mal. Elle devient plus tard, une effigie de la femme aimée, car elle est belle, sensuelle et nonchalante. « Le chat 2 » représente le miroir dans lequel l’auteur admire son âme qu’il a qualifié de « séraphique ». Ici, il a identifié l’animal à une « fée » puis à un « dieu ».  L’attraction se fait par une force magique et spirituelle qui est hors nature.

Abel et Cain

Le poème Abel et Cain a permis à l’auteur de prendre ouvertement position dans la lutte fratricide qui a eu lieu dans le livre de la Genèse. Il a écrit quelques strophes afin de montrer à tous qu’il soutient Cain. Pour rappel, dans la genèse, Cain a rejeté Dieu car il préférait son frère Abel. C’est pour cela qu’il l’a tué. En se rangeant du côté du criminel, le poète prouve que sa démarche est basée sur la figure du mal.